Ne pas nous comprendre, mais nous accepter

(Suite et fin du témoignage de Landry, 28 ans)

Pour mon fils, j’ai l’impression que ça va. Ce qui me rassure, c’est que l’on prend soin de lui, donc s’il est précoce ce ne sera pas gâché pour lui.

Oui, j’ai l’impression que ça a été gâché pour moi, même si ne sais pas comment ça aurait été si ça avait été diagnostiqué plus tôt. Je me revois lorsque j’avais 7 ans. Je me sentais bien et j’avais la tête pleine de choses scientifiques en tête. Plus tard les sciences c’est devenu très compliqué pour moi à cause du malaise scolaire et de la pression.

Au fond d’eux, les surdoués savent qu’ils le sont. Si je devais leur donner ma philosophie, je leur dirais que pour ne pas s’en vouloir ou culpabiliser de son potentiel, il faut chercher à faire de son mieux. Si on échoue alors qu’on a fait de son mieux, on a pas vraiment raté. Ce n’est pas grave ! On est là pour apprendre : on fait quelque chose et c’est déjà magnifique.
Donc ne doutez pas de votre propre ressenti. Vous être sensible, ne vous mettez pas en doute en écoutant trop les autres. Les autres ne savent pas pour vous.

Enfin, concernant les non-surdoués, on entend souvent qu’il faut essayer de comprendre les surdoués. En fait le plus important n’est pas de nous comprendre, mais de nous accepter. Déjà ça, ce serait merveilleux !Landry_12b

3 réponses à “Ne pas nous comprendre, mais nous accepter

  1. « Au fond d’eux, les surdoués savent qu’ils le sont.  » Oui ! je me revois, gamine, dans ma chambre, avec cette conscience aigüe que j’ai qqchose de différent, de plus, de spécial, mais je ne sais pas quoi. Quel gâchis…

    J'aime

    • Ça me parle, je me suis longtemps su différent sans trouver quoi. Gâchis je partageA aussi, quoique, étant d’une nature « verre à moitié plein », je me dis que ça aurait pu être pire. Disons, je regarde plutôt le temps qui reste 🙂

      J'aime

  2. « Vous être sensible, ne vous mettez pas en doute en écoutant trop les autres. Les autres ne savent pas pour vous. »
    Tout à faire d’accord avec ça! Quand une amie me conseille de « penser à autre chose et d’arrêter de focaliser » lorsque le bruit du moteur de la piscine que mon voisin a collé à 2 mètres de chez moi, me tape sur les nerfs, en fait elle ne comprend pas que c’est IMPOSSIBLE pour moi de penser à autre chose tant le bruit envahit mon espace mental. Les gens qui ne connaissent pas l’hypersensibilité auditive ne savent pas de quoi ils parlent… En plus ils font la morale : « C’est parce que tu fais une fixette dessus que tu l’entends! ». Non, c’est parce que mon système nerveux est différent du tien… Il est vital de s’accepter comme on est et de tenir bon face aux arguments des autres, même si on a honte, même si on culpabilise car on nous a souvent répété qu’on était pénible, ou différent, ou trop sensible…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s