« Est-ce que tu connais la précocité ? »

Témoignage surdoué

(Suite du témoignage de Philippe, 42 ans – Extrait 4/10)

Quel a été ton point de départ ?
J’avais découvert sur les rayonnage de la Fnac les ouvrages de Jeanne Siaud-Facchin (« Trop intelligent pour être heureux ») et Arielle Adda (« Adultes sensibles et doués. Trouver sa place au travail et s’épanouir » avec Thierry Brunel).

Je les avais rapidement parcourus et ça m’avait parlé, mais je ne les avais pas achetés.
J’avais préféré laisser tout ça de côté car à la même époque j’essayais de passer l’agrégation.

Plus tard c’est finalement mon père qui est venu à moi pour me parler de douance, j’avais 37 ans. Avec ma mère, ils avaient assistés en Bretagne à une conférence sur la douance, et ma mère me reconnaissait, ainsi que ma sœur, dans les caractéristiques.
Mon père me demande donc : « Est-ce que tu connais la précocité ? ». Sur le coup, j’ai cru qu’il m’en parlait pour mes élèves, alors je lui répondu que oui, j’avais une connaissance un peu générale. C’est alors qu’il m’a expliqué que ce serait intéressant que je me penche sur le sujet, pour moi. Il m’a transmis les notes que ma mère avait prises pendant la conférence, et m’a invité à jeter un œil. Ce que j’ai fait. Ça m’a parlé effectivement. Je me suis alors remis en tête les livres que j’avais découvert, pourtant j’ai encore temporisé car je devais passer l’oral de l’agrégation et c’était énormément de travail.

Or, le jour de la soutenance, ça a été un cauchemar. Je n’ai pas tenu trois minutes devant le jury, pétrifié de trac je n’ai littéralement pas pu sortir un mot. Eux voyaient bien que j’étais complètement bloqué, ils n’ont pas été désagréable mais … impossible. Je suis sorti de là dans l’état qu’on peut imaginer. Très très mal.
Puis j’ai rebondi là-dessus et j’ai commencé à lire les livres.

Témoignage surdoué

Je me suis attaqué à « Petit Traité à l’usage des Gens Intelligents qui ne se croient pas très doués », de Béatrice Millêtre, sur le fonctionnement du cerveau droit. Gros choc. Le livre m’en est tombé des mains. J’ai commencé à réaliser que tout ça me concernait complètement.

Une de mes très bonnes amies avait passé le test quelques années plus tôt et s’en était ouverte à moi. Elle avait à l’époque d’énormes difficultés à reconnaître le résultat, notamment à cause d’interdits familiaux. C’est la première personne à qui j’ai parlé de mes questionnements, et de mon envie de passer le test.

Témoignage surdoué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s